Sélectionner une page

Nous y sommes ! C’est le jour J ! C’est SUPER ! C’est GÉÉ-NIALLL !! Bon, d’accord, je suis stressée, très stressée. J’ai le droit, non ? Je suis la mariée 😊.

 

Pour commencer, nous n’avons pas fait comme les autres. Nous nous sommes mariés un dimanche. Nous avons pourtant réservé plus d’un an et demi à l’avance. Toutes les dates étaient déjà prises. Donc nous avons opté pour le dimanche. Ce n’est pas grave, le prêtre, nous avait dit qu’autrefois les mariages étaient le dimanche. La 2ème chose, nous étions à un mariage, la veille du notre. Et oui, ma cousine s’est mariée la veille de mon mariage. Pour tout vous dire, je n’ai pas vraiment profité de son mariage. J’étais raide comme un piquet. Dans ma tête, tout défilait et j’avais peur d’oublier quelque chose. Je n’ai rien mangé non plus, j’avais un nœud dans la gorge et entre nous, j’avais peur de ne pas entrer dans ma robe ☹.

 

Reprenons, nous sommes « LE » dimanche matin. J’ai envoyé Bertrand à l’hôtel, avec ses parents pour se préparer. De mon côté, j’avais rendez-vous avec la coiffeuse et la maquilleuse. Il faut être la plus belle, et pour être belle, il faut souffrir… Il faut se lever à l’aube, se faire tirer les cheveux et se mettre des couches de maquillage.

 

Vu que nous n’étions pas sur place, nous avons pris un décorateur. La salle de mariage, un hôtel-restaurant avait son propre chef cuisinier. Pour les fleurs, nous avons laissé mes parents s’en occuper. Nous avons bien sûr donné nos préférences sur ce point.  Nous avons voulu quand même mettre notre petite touche personnelle. Nous avons fabriqué nos marques places afin d’ajouter une petite touche vendéenne. Nos marque-places étaient des cœurs vendéens en bois massif. Le cœur vendéen symbolise deux cœurs entrelacés, parfait pour symboliser notre union. Bertrand avait en charge de mettre les marques places dans la salle et regarder si tout était en ordre. Je crois qu’il est resté 30 minutes sur place et je l’ai appelé au moins cinq fois. Quand je suis arrivée à la maison pour m’habiller, c’était reparti, je l’ai encore appelé deux fois… Bon, j’avoue, un peu plus, même beaucoup plus… Je crois que j’étais assez envahissante, il a fini par me raccrocher au nez et ne m’a plus répondu. Vous croyiez qu’il était énervé ?? J’avais tellement peur qu’il soit en retard. Je sais de quoi je parle 😉 (voir l’article : Notre Rencontre – Notre Conte de Fée!).

 

Chez nous, les mariages sont l’après-midi, il n’y a pas de limite d’heure, pas de couvre-feu. Nous pouvons faire la fête jusqu’au bout de la nuit, voir jusqu’au lendemain matin.  Les festivités commencent vers 14h pour chacun d’entre nous mais séparément pour le moment. Bertrand à l’hôtel et moi chez mes parents, le tout dans le même quartier. Bertrand, de son côté, était avec sa famille et ses amis. Ils étaient dans la salle du restaurant de l’hôtel où logeaient les invités, tous réuni pour manger et boire un verre (ou plus, mais avec modération). Une fois que mes témoins sont partis le chercher, les festivités ont pu vraiment commencer.

 

En Roumanie, pour les Orthodoxe, le rôle des témoins est très important, autant que celui des parents. Les témoins sont les parents spirituels du nouveau couple et sont eux-mêmes en couple. Le rôle des témoins est de guider les mariés dans leur nouvelle vie. Pendant le mariage, ils ont des rôles très importants, mais je vais y revenir au fur à mesure de mon récit. 

 

Alors, où en étais-je rendu ? Ah oui !! Donc mes témoins sont arrivés, nous avions engagé un animateur. L’animateur est un homme très grand, très carré, ancien gardien de prison. Il est très jovial, mais lorsque le solennel arrive, sa voix grave porte et tout le monde écoute avec attention. Le but de cet animateur est de jouer sur le côté traditionnel pour renforcer l’impact de cette journée unique. C’est parti, que la fête commence !!!! Pour que le marié puisse venir chercher sa « dulcinée », il faut qu’il dise au revoir à ses parents, à ses amis, bref à sa vie de jeune homme. C’est le commencement d’une nouvelle vie en tant qu’homme marié. Les parents spirituels doivent accompagner, guider leur nouveau fils vers sa future femme, sain et sauf évidemment. Chez nous, les témoins doivent être obligatoirement mariés, ils doivent parler en connaissance de cause pour guider, renseigner le nouveau couple.

 

Une fois que Bertrand a dit « au revoir » de son côté, le cortège s’est mis en route pour venir me chercher. Dans la rue, tout le monde regarde le cortège, je peux vous dire qu’il ne passait pas inaperçu. Le cortège était accompagné d’un petit orchestre, saxophone et accordéon, oui, nous aimons faire du bruit 😉.

 

Les témoins montent dans l’appartement de mes parents, c’est mon tour de dire au revoir à mes parents, ma famille et mes amis. Une fois que tout le monde a versé sa petite larme, Bertrand a eu le droit de venir me rejoindre. C’est lui qui avait mon bouquet de mariée. Pendant que nous mangions, encore et que nous buvons aussi, un peu (avec modération), mes cousins descendent pour décorer les voitures avec des rubans et ballons.

 

Nous avons fait appel à une compagnie de taxi pour emmener l’équipe française venue en avion. Le but est de faire les trajets église vers le parc pour les photos puis vers le restaurant et bien sûr le retour à l’hôtel après la fête. J’avais demandé à la compagnie de taxi de sortir leurs plus belles voitures, tant qu’à faire 😉 et d’enlever leurs signalétiques de compagnie. J’étais contente, car les chauffeurs ont vraiment joué le jeu, ils ont sorti leurs plus beaux costumes, j’avais l’impression d’avoir les « men in black » à mon mariage ou une équipe de gardes du corps. La famille et les amis français étaient très contents et se fondaient ainsi dans le cortège de voitures du reste des invités. Je ne vous ai pas dit que nous étions une cinquantaine de personne dans l’appartement de 60m2 de mes parents. A l’extérieur, il faisait 42°C et dans l’appartement encore plus chaud. Ma belle-mère était rouge comme une pivoine, Bertrand transpirait à grosse goûte et mon oncle témoin n’arrête pas de s’essuyer le front. Tout ça pour vous dire qu’il faisait très, très chaud.

 

Nous avions quand même des contraintes d’horaires, heureusement ma mère surveillait l’heure. Une fois dans le feu de l’action, on oublie tout. Entre autres, l’heure de se rendre à l’église. Tout le monde en voiture !!! Pour se rendre à l’église, les futurs époux sont dans des voitures différentes. Ils ne sont pas encore unis devant Dieu. Pour l’entrée des mariés dans l’église, c’est pareil qu’en France, le futur mari attend sa future femme à l’autel. Les églises orthodoxes sont très riches en décoration. Il y a des peintures partout sur les murs, des couleurs vives avec des bleus soutenu. Les tapis couvrent le sol et l’autel semble être en or massif et brille sous les effets des lumières. Il y a bien une chose qui change par rapport à un mariage français Catholique. Une chose qui a surpris Bertrand. Il a même eu le droit à des coups de coude pour cette chose. Bon, je vous le dis 😉. Avant que la célébration ne commence, le prêtre demande aux futurs époux, s’ils acceptent de se prendre pour époux et épouse. Pour tout vous dire Bertrand est resté un peu la bouche ouverte. Le prêtre a demandé en roumain. Bertrand a cru mal comprendre, d’où mes coups de coude dans les côtes. Non mais oh, tu vas répondre : oui ? J’ai cru qu’il avait changé d’avis… C’est seulement à la fin qu’il m’a dit, qu’il était surpris. Il ne s’attendait pas à avoir cette question dès le début de la cérémonie. Je lui ai répondu que chez nous le prêtre pose tout de suite la question. Si l’un des deux répond « NON », ce n’est pas la peine de continuer.

Revenons à nos moutons, une fois répondu « OUI » la messe commence. Nous avons droit à des couronnes sur nos têtes, car nous sommes le roi et la reine de la journée. Nous avons échangé nos alliances. Pour toutes ces étapes, nous avons eu l’aide de nos témoins. Ils mettaient les couronnes sur nos têtes avec l’aide du prêtre et les alliances à nos doigts. Vous avez maintenant compris que le rôle des témoins est très important. Ils doivent guider le couple pour leur nouvelle vie. Une fois la messe finie, qui dure seulement une heure. Je ne vous ai pas dit, les messes chez les Orthodoxes durent au minimum quatre heures habituellement.

 

A la sortie de la messe nous avons fait quelques photos ensuite en voiture, que nous avons pu partager cette fois-ci. Nous sommes officiellement mariés maintenant. Nous étions attendus dans le parc pour faire les photos. Une fois que les photos avec la famille et les amis sont faites, nous voilà parti tous les deux avec le photographe pour quelques photos en duo.

A suivre dans l’épisode 2/2, le repas, la fête et les traditions associées.