Sélectionner une page

La « van life » ou la vie en van pour les francophones, c’est un peu, rouler dans une grosse voiture ou un petit fourgon. C’est un peu, être en monospace ou camping-car. Bref une sorte d’hybride qui vous permet : d’emmener vos enfants à l’école et sport, de partir en week-end et en vacances, d’aller au travail et parfois de bricoler en profitant du volume énorme du coffre. Attention quand on bricole, on protège son véhicule 😉, pas question d’abîmer sa maison de vacances. On peut se faufiler partout comme une voiture, se garer sur une place de voiture. Voilà pour la partie technique. Passons au plus important, la partie qui nous intéresse tous : le confort pour aller acheter son pain ☹. Évidemment, je ne vais pas vous parler de cette étape ennuyeuse, passons aux road trips, aux vacances, GO !

Le week-end dernier, nous ne pouvions pas partir avant le milieu du samedi d’après-midi. Le déconfinement partiel nous imposait une limite de 100 km. Pour finir, au moment de partir, le van tousse au démarrage. Le niveau de ma batterie auxiliaire ne me permet même pas d’afficher l’écran de contrôle de la cellule. Bref, les pratiquement trois mois sans bouger n’ont pas aidé. Mon écran s’allume, ouf ! 5.8 V au contrôleur… Il faut que l’on trouve un endroit avec branchement, sinon pas de frigo. Un petit tour sur nos sites préférés et changement de direction pour une étape chez l’habitant. Nous sommes super bien tombé, chez un couple de jeunes retraités. Notre batterie retrouvera les 12.5V à 23h30 et le frigo démarre. Les enfants sont contents 😊, les chevaux et poneys les occuperons largement le week-end de trois jours.

La « van life », c’est ça ! On définit les grandes lignes d’un trajet et puis on ajuste. Pas besoin de réserver, pas d’horaire, pas de planning précis, on souffle, on déconnecte et on prend le temps de profiter de l’instant présent. La « van life », ce sont les ballades en couple, mais surtout en famille en ce qui nous concerne. En huit ans de van, nous sommes partis une seule fois sans les enfants. Je ne peux pas vous décrire leur visage lorsqu’ils ont su que l’on partait sans eux pour une nuit seulement. C’était la punition ultime ! Lorsque l’on a vendu notre premier van, les enfants étaient prêts à pleurer en pensant que c’était la fin de l’aventure.

Vous l’avez compris pour nous la « van life », ce sont les ballades en familles avant tout. Le plaisir de découvrir des nouvelles choses, de nouveaux endroits. Et puis si l’on décide de retourner quelque part, c’est qu’on s’y sent bien tout simplement. Pas besoin de réserver, un panel de possibilité de destinations proche intéressantes pour un week-end. La mobilité d’une voiture pour traverser l’Europe. Comme dit Yanis : « Un van, c’est un peu comme un escargot super rapide, qui porte notre maison avec nous ». Les enfants connaissent ce mode de vacances depuis leur plus jeune âge. Nous avons même mis le lit parapluie de Maylis à côté de notre couchage pour qu’elle puisse rester dans son environnement habituel.

Et pour vous la « van life » ?